Header - Services

Quatre enregistrements sur étiquette Centredisques du CMC en nomination pour les prix Juno 2016

Quatre enregistrements sur étiquette Centredisques du CMC en nomination pour les prix Juno 2016

février 2, 2016
National

Le 2 février 2016, TORONTO (Ontario)Centredisques, l’étiquette du Centre de musique canadienne, a le grand plaisir d’annoncer que trois de ses plus récents enregistrements sont en nomination pour l’édition 2016 des prix Juno. Trois disques sont en nomination pour le prix de la meilleure composition classique de l’année : John Burge, Piano Quartet (Chamber Music of John Burge, interprété par Ensemble Made in Canada); Nicole Lizée, Bookburners (Bookburners, interprété par Stéphane Tétreault et DJ P-Love); et Dinuk Wijeratne, Two Love Songs on Antique Poems (Spin Cycle, interprété par Afiara Quartet). Ces trois créateurs font partie des compositeurs agréés par le Centre de musique canadienne. Spin Cycle, interprété par Afiara Quartet et DJ Skratch Bastid, est le quatrième enregistrement en nomination, cette fois dans la catégorie du meilleur disque instrumental de l’année, une première pour l’étiquette Centredisques.

John Burge, titulaire d’un doctorat, est né en 1961, à Dryden, en Ontario et a grandi à Calgary où il a étudié le piano avec Dorothy Hare. Il détient des diplômes en composition et en théorie des universités de Toronto et de la Colombie-Britannique et, depuis 1987, il enseigne à l’Université Queen’s, à Kingston, en Ontario où il est professeur titulaire. Pour, au fil des ans, son extraordinaire travail de compositeur, John Burge s’est vu attribuer le Prix d’excellence en recherche et en travaux d’érudition 2013 de l’Université Queen’s, et, en 2014, il a été intronisé à la section des Arts et Lettres de la Société royale du Canada. Burge a toujours été attiré par la composition d’oeuvres pour instruments à cordes et sa pièce pour orchestre à cordes, Flanders Fields Reflections, a reçu le prix JUNO 2009, attribué à la Composition canadienne classique de l’année.

Les créations de la compositrice montréalaise Nicole Lizée s’inspirent d’une stimulante panoplie d’influences allant des premières vidéos de la chaîne MTV au scratch des tables tournantes, à la culture rave et au glitch hop, en passant par Hitchcock, Kubrick et le psychédélisme des années 1960. Fascinée par les défauts qui parasitaient certaines technologies désormais désuètes, Nicole Lizée les cible, les note et les intègre à des prestations en direct. En 2013, sa musique de chambre lui a valu le prestigieux prix Jules-Léger du Conseil des arts du Canada. Non seulement mises à l’honneur par la Société internationale pour la musique contemporaine lors des Journées mondiales de la musique tenues en Pologne, ses Hitchcock Études pour piano et glitch ont été interprétées par la pianiste Megumi Masaki lors du gala d’ouverture de l’édition 2015 de Classical:NEXT, tenue à Rotterdam (Pays-Bas). En 2016, Nicole Lizée sera l’un des compositeurs en vedette au festival Kronos de San Francisco et au festival de musique nouvelle de l’Orchestre symphonique de Vancouver. Il s’agit de sa première nomination aux prix Juno.

Originaire du Sri Lanka, le compositeur, chef d’orchestre et pianiste Dinuk Wijeratne s’est attiré les éloges du Toronto Star, « un artiste qui incarne une vision positive de notre avenir culturel », et du New York Times, « un artiste manifestant une créativité exubérante ». Ses travaux s’inspirent de diverses cultures et l’amènent à travailler tant chez lui, en collaboration avec des orchestres symphoniques, des quatuors à cordes, des joueurs de tablas et des DJ qu’à l’étranger, par exemple au sein de l’Orchestre philarmonique de Berlin et au North Sea Jazz Festival. Dinuk a fait ses débuts au Carnegie Hall en tant que compositeur, chef d’orchestre et pianiste, se produisant aux côtés de Yo-Yo Ma et au sein du Silk Road Ensemble. Dinuk a composé pour pratiquement tous les artistes et ensembles avec lesquels il s’est produit, dont, parmi tant d’autres, Suzie LeBlanc, Joseph Petric, David Jalbert, Bev Johnston, Kinan Azmeh, Zakir Hussain, Sandeep Das, Tim Garland, Nick Halley, Ed Thigpen, Ramesh Misra, Ed Hanley, Eric Vloeimans, Buck 65, l’Apollo Saxophone Quartet, TorQ Percussion, le New Juilliard Ensemble, le Cecilia String Quartet et les orchestres symphoniques de Toronto, de l’Illinois, de Vancouver et de la Nouvelle-Écosse. Sa musique et ses collaborations sont empreintes de diverses influences et origines internationales.

La Presse considère le Quatuor Afiara, qui a souvent été récompensé, comme une « révélation ». Selon le Montreal Gazette, les spectacles du quatuor offrent un équilibre « d’intensité et d’engagement [et] de fréquents moments de tendresse ». L’ensemble a remporté les concours Young Canadian Musicians Award, Concert Artists Guild et Munich ARD International ainsi que le prix Szekely pour la « Meilleure interprétation de Beethoven ». L’Afiara Quartet s’est produit sur différents continents (Amériques, Europe, Asie) et dans divers endroits renommés, tels qu’aux Zankel et Weill Halls (Carnegie Hall), au Kennedy Center, à l’Alice Tully Hall (Lincoln Center), à la Bibliothèque du Congrès (D.C.), au Musée d’art moderne (São Paulo), à Pro Musica (San Miguel de Allende), au Wigmore Hall (Londres), au Esterházy Palace (Autriche), au Prinz Regenten Theatre (Munich), au Muziekgebouw (Amsterdam) et à la Bibliothèque royale (Copenhague). Son parcours comprend plus de 30 commandes de nouvelles pièces musicales, des initiatives de sensibilisation pédagogiques financées par le Conseil des arts de l’Ontario et des projets avec le musicien de jazz virtuose Uri Caine, le compositeur Christos Hatzis et DJ Kid Koala, un innovateur du scratch. Les membres du quatuor sont diplômés de la Juilliard School, de la San Francisco State University et du Royal Conservatory of Music.

Le disque Spin Cycle comporte trois niveaux :

PREMIÈRE ÉTAPE, Les quatuors : Quatre des plus jeunes compositeurs canadiens les plus célèbres écrivent de nouvelles pièces de quatuor à cordes pour le Quatuor Afiara, qui servent de fondement au projet Spin Cycle. Les membres du quatuor sont originaires de Toronto. La ville a fait l’éloge de l’ensemble pour son multiculturalisme, tant dans la coexistence du groupe que dans les échanges entre les musiciens. Ayant la musique classique pour dénominateur commun, les membres du groupe étudient les types de musique qui ont influencé leur éducation respective, par exemple la musique pop, le reggae, le hip hop et les musiques du monde.

DEUXIÈME ÉTAPE, Les remix : Dans un esprit d’engagement et de collaboration, les travaux sont transformés et retravaillés selon divers paramètres de scratch par le célèbre DJ Skratch Bastid. Celui-ci est l’un des DJ spécialistes du scratch les plus renommés; il a été sacré champion du monde à plusieurs reprises lors du prestigieux concours Scribble Jam. Il parvient à créer des pièces totalement novatrices en combinant des sons, des chansons et des genres tous aussi divers les uns que les autres; un talent peu commun dans son domaine.

TROISIÈME ÉTAPE, La réponse des compositeurs : Bien que l’idée du remix ne soit pas nouvelle, il est plutôt rare de voir l’artiste ou le compositeur de la pièce musicale initiale se sentir encore suffisamment inspiré pour écrire un nouveau couplet ou insérer de nouveaux éléments au dialogue après avoir écouté le remix. Cet échange novateur et créatif constitue la troisième étape du projet. Chaque compositeur écoute le résultat obtenu par Skratch Bastid, puis « répond » en réécrivant des parties pour l’Afiara, qui sont ensuite interprétées en symbiose ou en parallèle avec le remix du DJ. L’idée d’une véritable collaboration est le fruit d’une véritable conversation.

Dans le cadre de JUNOFest, le Centre de musique canadienne sera l’hôte de la huitième Vitrine des candidatures classiques des prix Juno, qui se tiendra à l’église unie Scarboro de Calgary (Alberta) à compter de 13 h le 2 avril 2016. De plus amples renseignements suivront, y compris sur les candidats.

La 45e édition de la cérémonie de remise des prix Juno se déroulera au Saddledome Scotiabank de Calgary (Alberta) et sera diffusée sur les ondes de CTV le dimanche 3 avril 2016.

Le Centre de musique canadienne tient aussi à féliciter ses compositeurs agréés Jordan Pal (The Afar) et Michael Oesterle (Centennials), également en nomination pour le prix de la meilleure composition classique de l’année.

Pour la liste complète des nominations, cliquez-ici.

À propos du Centre de musique canadienne
Le Centre de musique canadienne vous ouvre le monde fascinant de notre musique en la faisant connaître, interpréter et applaudir. Le Centre de musique canadienne est le seul portail vous permettant d’explorer, de découvrir et d’interpréter ce répertoire. Le Centre se voue corps et âme à cette richesse musicale en accompagnant les compositeurs et les interprètes dans leur cheminement professionnel. Le Centre de musique canadienne inspire de nouvelles approches et favorise la créativité et l’évolution musicales. Partisan de la diversité artistique, le Centre présente le riche patrimoine culturel du Canada dans les lieux de création du pays et à l’étranger.

Branchez-vous au Centre de musique canadienne! Nous sommes sur la Toile (musiccentre.ca/fr/welcome), sur Facebook (CanadianMusic ou Centre-de-musique-canadienne-au-Québec) et sur Twitter (@cmcnationalou @cmcquebec).

-30-

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Allegra Swanson
Directrice, Communications et Centredisques
Téléphone : 416-961-6601, poste 304
Courriel : aswanson@musiccentre.ca

Compositeurs apparentés : John Burge, Nicole Lizée, Dinuk Wijeratne, Jordan Pal