Entrevue, Influences culturelles chez Suzuki : du Japon au Canada

Type:Interview (text)
Texte:

« J’adore les choses qui sont à la fois complexes, fragiles et solides : fragiles en surface, mais traversées d’un support fin et fort qui empêche les éléments de se détacher. Combinaison de complexité, de fragilité et de force, voilà peut-être l’image que je me fais de la culture japonaise. » – K.S.



La culture japonaise est difficile à expliquer. L’un de ses aspects, propose Suzuki, est la notion de « respect, notamment le respect de la nature et de la sagesse. Personne ne doit se satisfaire de ce qu’il a déjà accompli, chacun est encouragé à s’améliorer sans cesse. Cela explique qu’il soit admirable de concentrer son attention sur un élément unique et de chercher à atteindre la plus grande maîtrise possible dans le domaine
choisi. »



Suzuki a beaucoup voyagé dans sa jeunesse ; elle n’a vécu que sept ans au Japon. Le quatuor à corde présenté ici, intitulé Minyo (le mot japonais pour « musique folklorique »), constitue sa première tentative d’interpréter les traditions culturelles japonaises dans un environnement occidental. À cause de son passé de voyageuse, Suzuki se cherchait une appartenance à l’époque. Pendant les cinq années qui ont suivi, toutes ses compositions portent la marque de la musique traditionnelle japonaise. Elle a fini par se rendre compte que son héritage culturel ferait toujours partie d’elle, qu’elle en inclue des éléments dans son œuvre, consciemment, ou pas du tout. « Il m’importe peu (aujourd’hui) qu’on relie ma musique à un patrimoine culturel spécifique, écrit-elle. Ce qui m’importe davantage, c’est qu’elle procure à mes auditeurs une expérience unique. »

Crédits :Dr. Mary Ingraham, Véronique Robert (traduction)
Objet:Kotoka Suzuki | Minyo
Related People:Kotoka SuzukiKotoka Suzuki
Created Date2007